COFICHEV

Actualité 2020

Prise de position

pour la préparation et la gestion des chevaux et des athlèthes lors d'événements équestres tenus dans des environements thermiques difficiles

Résumé préparé pour une prise de position pour COFICHEV (www.cofichev.ch) afin d'agir de manière prophylactique contre les remarques provenant de la communauté des cavaliers, du lobby de la protection des animaux et des médias en Suisse.

Basé sur la publication de la FEI intitulée :

LA PRÉPARATION ET LA GESTION DES CHEVAUX ET DES ATHLÈTES LORS D'ÉVÉNEMENTS ÉQUESTRES TENUS DANS DES ENVIRONNEMENTS THERMIQUEMENT DIFFICILES

Dr David Marlin, Dr Martha Misheff et Dr Peter Whitehead, Mars 2018

Préparé et résumé par le Dr Stéphane Montavon, DVM et membre du Bureau de COFICHEV

RÉSUMÉ

Alors que l'idéal serait que tous les événements équestres se déroulent dans des conditions climatiques optimales, cela n'est souvent pas possible d'un point de vue logistique. Même les événements prévus dans des conditions idéales peuvent parfois connaître des conditions météorologiques extrêmes. Depuis le début des années 1990, un nombre important de recherches ont été entreprises et appliquées lors de grands événements qui ont permis d'améliorer le bien-être des chevaux grâce à de bons conseils, à la gestion des événements et à l'amélioration des traitements.

L'un des progrès les plus importants a été de comprendre comment la chaleur ou la chaleur et l'humidité affectent les chevaux et comment mesurer le niveau de stress thermique environnemental. La FEI a adopté l'indice de température du bulbe humide (Wet Bulb Globe Temperature) comme méthode d'évaluation et de gestion du stress thermique.  

Il est également essentiel de reconnaître la température corporelle élevée et le risque pour le bien-être des chevaux. Ce document énumère les signes que les athlètes et toute autre personne s'occupant de chevaux lors de compétitions devraient rechercher.

Il a également été démontré que l'acclimatation des chevaux les aide à mieux s'adapter aux compétitions dans des climats chauds ou chauds et humides, et ce document explique les moyens d'acclimater les chevaux. Les exigences accrues d'acclimatation et de compétition dans la chaleur peuvent également avoir des répercussions sur la gestion de la nutrition. Les voyages, la déshydratation et les changements de régime alimentaire peuvent tous augmenter le risque de coliques et il faut prendre soin de minimiser ce risque.

Les voyages de longue distance sont inévitables pour amener les chevaux aux grandes compétitions. Des études suggèrent que les chevaux prennent un certain nombre de jours pour récupérer, particulièrement lorsqu'il y a des changements d'alimentation et de fuseau horaire (décalage horaire) et des conseils sont donnés sur les meilleures pratiques pour minimiser les problèmes de santé.

Afin de maintenir les chevaux en bonne santé et de leur permettre de bien performer dans des conditions de stress thermique accru, certains changements à la gestion normale sont indiqués et sont décrits dans le présent document.

Il est essentiel que tous les membres de l'équipe soignante d'un cheval connaissent bien le refroidissement à l'eau froide pour maintenir le rendement dans la chaleur et réduire le risque de maladie liée à la chaleur. Ceci s'applique à TOUTES les disciplines. Il est important de pratiquer les procédures de refroidissement et de s'assurer que chacun comprenne la nécessité d'un refroidissement agressif à la maison avant le voyage.

Les athlètes et le personnel de soutien peuvent également être plus susceptibles de souffrir de maladies liées à la chaleur. La déshydratation et une température corporelle élevée peuvent entraîner une faiblesse, une désorientation et une mauvaise prise de décision. Par conséquent, il est essentiel que les athlètes et les autres membres de l'équipe soignante d'un cheval fassent preuve d'une attention particulière dans des conditions difficiles et qu'ils sachent comment réduire le risque de maladie liée à la chaleur, la reconnaître et savoir comment la gérer.

Enfin, le fait de reconnaître qu'un cheval ne fait pas face à la chaleur et de demander l'aide d'un vétérinaire peut garantir que les chevaux peuvent rester en compétition et éviter des blessures importantes. Un aperçu de la façon de reconnaître et de gérer les chevaux souffrant d'épuisement par la chaleur ou de coup de chaleur est également fourni.  

Dr Stéphane Montavon, janvier 2020

Voici l'article

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.